Dans cette perception intérieure du Monde, l' Esprit et la Matiére ne sont nulle part dissociés, ils sont indissolublement unis en une réalité en perpétuelle transformation. Dés que l' Univers est percu comme co - extensif a la conscience de celui qui l' appréhende, l' observateur et l' observé se retrouvent en phase dans un systéme symbiotique privilégié ou la réalité de l' un est toujours directement proportionnelle a la réalité de l' autre. Dans cet état seulement, l' inspiration visionnaire propre aux Sages Indiens ainsi qu' aux Mystiques d' autres Traditions devient possible ; dans cet état seulement, la conscience humaine devient témoin d' une autre réalité, cette réalité au regard de quoi toutes les autres réalités antérieures se révélent illusoires. C' est dans cette réalité qui est vraiment l' Etre au fond des choses, le SAT des Upanishads. Dans cette réalité, qui est la seule prise de conscience qui fasse véritablement entrer l' homme dans le Monde de l' Etre, voir devient synonyme d' étre, entendre devient synonyme d' étre, toucher et dire deviennent synonymes d' étre, parce que nos sens ne se trouvent plus entre deux Univers mutuellement exclusifs - moi et le Monde - mais deviennent les véhicules transparents de la Conscience Cosmique et de ses fils conducteurs. Cette expérience de l' Etre nous confronte avec la réalité ondulatoire de l' Univers infini.

J.L.