Nos savants, qui pratiquent la méthode expérimentale de Bacon pour l' étude de l' Univers visible avec une précision merveilleuse et d' admirables résultats, se font de la Vérité une idée tout extérieure et matérielle. Ils pensent qu' on s' en rapproche a mesure qu' on accumule un plus grand nombre de faits. Dans leur domaine, ils ont raison. Ce qu' il y a de grave, c' est que nos philosophes et nos moralistes ont fini par penser de meme. A ce compte, il est certain que les causes premiéres et les fins derniéres resteront a jamais impénétrables a l' esprit humain. Car, supposez que nous sachions exactement ce qui se passe, matériellement parlant, dans toutes les planétes du systéme Solaire, ce qui, soit dit en passant, serait une magnifique base d' induction ; supposez meme que nous sachions quelle sorte d' habitants renferment les satellites de Sirius et de plusieurs étoiles de la Voie Lactée. Certes, il serait merveilleux de savoir tout cela, mais en saurions nous davantage sur la totalité de notre amas stellaire, sans parler de la Nébuleuse d' Androméde et de la Nuée de Magellan ? Cela fait que notre temps concoit le développement de l' humanité comme la marche éternelle vers une Vérité indéfinie, indéfinissable et a jamais inaccessible. Voila la conception de la philosophie positiviste d' Auguste Comte et de Herbert Spencer qui a prévalu de nos jours.

E.S.