Auparavant, non seulement l' église et ses missionnaires mais les rationalistes eux memes opposaient au Monothéisme des religions Chrétiennes ou Judaiques le Polythéisme des " Sauvages " et des " Paiens." Dans cette vision de l' histoire, les peuples qui ne croyaient pas en Jéhovah ou en Jésus avaient toujours vécu " Sans Dieu "; qu' ils en fussent restés au stade d' une " Ere de la Magie ", thése d' Auguste Comte , ou meme en une sorte d' age infantile propice au Totétisme, a la Divination des animaux, des plantes ou des objets, selon la thése Freudienne. Tous les grands ethnologues contemporains, de Frazer a Lévi - Strauss, démentent ces interprétations. Dans les mythes et les rites des tribus " Sauvages ", ils ont appris a discerner des rapprochements, des concordances - fut ce entre des tribus Indiennes et Australiennes, Eskimos et Altaiques, Africaines et Bengaliennes - qui indiquent un fonds commun. Ces rites et ces mythes ne seraient aucunement la preuve d' une impuissance a cerner l' idée de la Divinité, mais, au contraire, des restes, des vestiges de religions disparues et qui, en un moment de l' histoire, Universelles, durent étre pratiquées par de grands peuples.

C.P.