A notre époque, bien des chercheurs se sont penchés sur les civilisations mortes ; et, de leurs découvertes, naissaient des rapprochements inattendus et saisissants entre les Anciens mythes des Egyptiens et des Indiens, des Chinois et des Sumériens, des Japonais et des Grecs. La encore, l' idée d' une science Sacrée Universelle s' imposait a l' observateur. Certains ne craignent plus de développer jusqu' a son terme une hypothése si séduisante. De nombreuses études récentes défendent la thése d' un Monothéisme Primitif, commun a toutes les tribus, a tous les peuples. Les textes Antiques cités, recouvrent curieusement des textes Indiens des deux Amériques, Berbéres et Africain. Ils apportent des arguments a ceux qui pensent, comme Voltaire, " Qu' on a commencé d' abord, par connaitre un seul Dieu et qu' ensuite la faiblesse humaine en a adopté plusieurs." Néanmoins, les témoignages et découvertes des ethnologues et des archéologues ne permettent pas d' adhérer pleinement a cette profession de Foi. S' il semble assuré que tous les peuples, en une certaine période de leur histoire, ont adoré un Dieu Unique, il faut admettre que ce ne furent pas, a toutes époques et en tous lieux, des Dieux semblables. Alors meme que les plus hautes civilisations accédaient a la conception d' un Dieu Astral, capable de s' intégrer des symboles successifs, Elohim, Amon, Brahma, la Grande Déesse, le Souverain d' En Haut, nous verrons que le Dieu demeurait lié a son mythe Originel : Elohim ou Amon a la Mana, Brahma a l' Oeuf Primordial, la Grande Déesse a l' Epi, Chang Ti au Serpent Jaune. Il suit que toutes les Traditions Tribales gardent souvenir d' un Dieu Unique, mais dont les moyens d' action purent étre la Création ou la Justice, une certaine Connaissance ou un certain Amour, sinon une sorte de Folie rieuse, qui réduisait les hommes a des roles de pantins.

C.P.